Rencontre avec Elsa, Vice-présidente du Parlement des Étudiants et ancienne Présidente de la section de Bordeaux

Rencontre avec Elsa, Vice-présidente du Parlement des Étudiants et ancienne Présidente de la section de Bordeaux

Le Parlement des Étudiants accueille une Vice-Présidente en charge de la diversification de l’association. Place aux présentations…

Comment as-tu découvert le Parlement des Etudiants ? Quelles ont été tes missions au sein de la section bordelaise ?

J’ai découvert le Parlement des Etudiants grâce à une collègue de ma promotion qui en était membre. Très rapidement j’ai souhaité rejoindre cette association. J’ai d’abord été Vice-Présidente en charge des événements au sein de la section de Bordeaux de décembre 2018 à septembre 2019, puis j’ai été élue comme présidente.

Je suis donc restée à la tête de cette association jusque juillet 2020.

As-tu réussi à concilier tes études et la vie associative ?

Dans un premier temps il a été difficile pour moi de m’adapter au nouveau rythme d’étude de Bordeaux. J’étais en effet dans une autre ville pour mes deux premières années de droit. Il a fallu également gérer la pression car c’était la première fois que l’on me confiait autant de responsabilités au sein d’une association étudiante.

Une fois le rythme pris cela a été plus facile à gérer. Cette première année m’a permis de concilier parfaitement mes études et la Présidence de la section de Bordeaux.

Comment as-tu fait pour faire preuve de leadership et arriver à concilier les intérêts de tous les membres de l’association ?

Je pense que c’est avant tout une question de ressenti, il faut savoir écouter les gens et leurs questionnements, parfois les rassurer et les re-motiver si le besoin s’en fait sentir.

Le fait d’avoir déjà été membre active de la section a été une chance car je connaissais déjà la plupart des gens avec qui je travaillais, ainsi que leurs missions, j’ai aussi su intégrer les nouveaux en ayant pleinement confiance dans leurs qualités.

En tant que Présidente il faut aussi savoir déléguer, la confiance est le maître mot. Il ne faut pas vouloir tout contrôler, bien au contraire, c’est en offrant au gens la possibilité de s’exprimer dans leur travail que leurs meilleurs atouts ressortent, qu’ils finissent par vous faire confiance et vous suivent lorsque vous avez une idée. C’est avant tout le besoin du groupe et donc de l’association, qui prime et non le vôtre.

Selon toi quelles sont les qualités nécessaires pour être Présidente de section ?

Elles tiennent en 3 mots : patience, écoute, diplomatie.

Il faut savoir prendre le temps de bien préparer un événement sans se précipiter pour pouvoir analyser les éventuels imprévus.

Il est indispensable d’être patient avec les gens, qu’ils soient au sein du bureau ou que soient des intervenants extérieurs.

L’écoute est primordiale dans la mesure où tout le monde peut avoir son mot à dire ; qu’il soit positif ou non. C’est donc un moyen de rassurer voire d’encourager.

En outre, on ne peut diriger une association sans être diplomate, il faut savoir dire les choses sans brusquer et mettre ses émotions personnelles de côté.

Que t’a apporté ton expérience associative au sein de la section de Bordeaux ?

Cette expérience associative m’a permis de me dépasser de me faire confiance et de croire en mes capacités, quelles soient humaines ou professionnelles.

J’ai beaucoup appris grâce aux personnes avec qui j’ai travaillé. J’ai pu mettre en place de grands projets, rencontrer différentes personnalités et réussir à les faire collaborer dans un ensemble cohérent.

Mon expérience au sein du Parlement des Étudiants de Bordeaux m’a offert l’occasion de développer deux des qualités essentielles pour une présidente : ma patience et mon écoute, me permettant de prendre du recul et d’être plus réfléchie.

Pourquoi quittes-tu la section de Bordeaux ?

Je quitte la section bordelaise car le Bureau national de l’association, c’est-à-dire le Parlement des Etudiants (en général) m’a proposé de devenir Vice-Présidente et de me focaliser sur un thème précis : la diversification de l’association.

Je serai amenée à réaliser les prérogatives qui incombent à une VP mais aussi à promouvoir l’association auprès des lycéen(e)s, jeunes actif(ve)s dans la volonté d’ouvrir l’association aux jeunes en général.

J’aurai en charge un second volet qui se focalise sur une ouverture plus poussée de l’association aux femmes. Par exemple, les mettre en avant avec des postes à responsabilité dans nos sections, ou encore, de donner la parole à certaines femmes politiques pour qu’elles partagent leurs expériences auprès des jeunes.

C’est néanmoins le cœur lourd que je quitte la section bordelaise car sans elle et sans ses membres je ne serais jamais arrivée là où j’en suis aujourd’hui. Ils le savent déjà, mais je les remercie encore une fois d’avoir cru en moi, de m’avoir soutenu et encouragé, je suis fière du merveilleux travail qu’ils ont effectué pour le Parlement des Étudiants.

Aurais-tu des conseils à donner à la future équipe de Bordeaux ou à un étudiant qui souhaite se lancer dans une section du Parlement des Etudiants ?

Le plus important au sein de cette association c’est d’être motivé et passionné, le travail fini toujours par payer et l’investissement personnel aussi.

Nous sommes une association politique quoiqu’on puisse en dire, la politique est profondément humaine ; il faut être bienveillant, toujours !

Il faut aussi savoir saisir les opportunités qui peuvent s’offrir à nous si elles profitent au groupe et qu’elles sont pertinentes. Je dirais, qu’il faut toujours y croire, ne jamais baisser les bras trop vite et avoir une petite dose de culot.

 

Propos recueillis par le Parlement des Étudiants - Bordeaux